Comment certaines pièces sont devenues des incontournables de nos gardes robes ?

Comment parler des basiques de la garde de robe féminine sans aborder la petite robe noire…

 

"Une petite robe noire est un élément essentiel de la garde-robe d'une femme", confiait Christian Dior à propos de ce classique créé par Gabrielle Chanel au milieu des années 20. Simplissime, flirtant avec l'austérité des uniformes de couvent, la sobriété de la petite robe noire surprend une époque prisonnière des corsets et assaillie de fanfreluches. Après avoir traversé les époques, la petite robe noire est aujourd'hui devenue le basique de toutes les femmes, le pilier de toutes les garde-robes, le passage obligé de toutes les collections.

                                              La première petite robe noire Chanel                   

                                              La première petite robe noire Chanel                   

Courte, sobre et simple, la petite robe noire n'a pas de code particulier si ce n'est l'exigence d'une coupe parfaite. Loin de se cantonner à l'uniforme de la bourgeoise, la petite robe noire change de look et de fonction selon les accessoires qui l'habillent. Simple et classique en journée, chic pour briller en société, vénéneuse pour les cocktails les plus chics, la petite robe noire s'adapte aux convenances de son charme naturel. Elle se transforme au gré des accessoires qui l'habillent et déploie une multitude de nuances.

Classique, la petite robe noire a le don magique et garant de succès, dans le cycle des tendances qu'est l'histoire de la mode, de s'adapter parfaitement à son temps pour mieux traverser les époques. Garçonne pendant les Années Folles, fatale dans les années 30, ultra sexy et glamour dans les années 50, elle devient résolument rock dans les années 80 avec Azzedine Alaïa qui la décline en fourreau de maille, habillée d'un zip comme un tourbillon autour de la silhouette.

Aujourd'hui la petite robe noire joue le jeu moderne du mix & match, sied aussi bien aux punkettes qu'aux first lady, se joue des matières et des accessoires, se porte avec une paire de Dr Martens ou des escarpins Louboutin, sous une chemise tartan ou une veste en jean, avec une croix gothique ou un collier de perles...

Le Closet aussi propose sa petite robe noire

Le Closet aussi propose sa petite robe noire

Un autre incontournable de la garde de robe de toutes personnes aussi bien homme que femme est bien sure le jean…

 

Dans les années 1850, le jean est un bleu de travail utilisé par les fermiers, les mineurs et autres travailleurs américains qui évoluent le plus souvent dans des environnements rudes. Un siècle plus tard, il est toujours associé à ces classes populaires, mais se voit de plus en plus adopté par les jeunes qui voient en ce vêtement un symbole de jeunesse et de rébellion. On parle alors de « revendication vestimentaire ». Une image notamment véhiculée par les stars de l’époque et le cinéma hollywoodien, à l’image de Marlon Brandon dans le film L’Equipée sauvage en 1953. Le jean ne sert plus seulement à se protéger des températures dans les régions sèches ou froides des Etats-Unis, mais se revendique comme une pièce de mode, affirmant un look et une personnalité.

Vous ne le saviez peut-être pas mais c’est Levi Strauss & Co. qui confectionna en premier le jean au corps de la femme il y a déjà 80 ans. Et c’est à la fin des années folles qu’on a pu enfin enfiler un jean comme les mecs !

Initialement créés comme tenues de travail, l’entreprise Levis Strauss & Co lance les "jeans Lady Levi’s" en 1934, une pépite d’or qui révolutionnera à jamais le monde de la mode féminine

Initialement créés comme tenues de travail, l’entreprise Levis Strauss & Co lance les "jeans Lady Levi’s" en 1934, une pépite d’or qui révolutionnera à jamais le monde de la mode féminine

Dans les années 1960 à 1970, les hippies s’approprient le jean en le personnalisant à l’excès. Brodé de perles ou de fleurs en coton, imprimé, et très coloré, il devient un véritable objet d’amour qui reflète le caractère et les goûts de celui ou celle qui le porte. Le jean est revêtu jusqu’à l’usure, voire conservé religieusement par son propriétaire une fois qu’il est inutilisable. Il se transforme en vêtement le plus célèbre de l’Histoire en quelques années seulement, et fait partie de la culture de ceux qui grandissent avec lui.

Dans les années 1980 à 2000, les designers, les maisons de haute couture et les créateurs s’emparent du jean, le travaillant à l’infini. On l’enfile désormais dans toutes les occasions, se faisant sensuel et sexuel, aussi bien chez l’homme que chez la femme. Voilà un véritable objet de séduction ! Depuis, des marques comme Diesel ont su surfer sur ce sentiment d’amour, de pouvoir et de sensualité provoqué par l’achat et le port d’un denim.

Le jean a le sacré avantage de s’accorder avec tout et peut être porté dans toutes circonstances. Quand on ne sait pas comment s’habiller, on sort son jean préféré et le tour est joué !

Chez Le Closet aussi nous avons notre jean

Chez Le Closet aussi nous avons notre jean

Tout le monde a au moins une chemise dans son placard. D’autres en ont beaucoup plus d'une.

 

Elles se portent tous les jours et plus particulièrement lorsqu'on souhaite s'habiller avec élégance. Peu de gens cependant savent que la chemise est un de nos plus anciens vêtements.

La chemise est un vêtement qui existait avant le Moyen Age, mais qui à l'époque n'était utilisé que comme sous-vêtement ou comme chemise de nuit. Au XVIIIème, la chemise n'étant plus utilisée comme sous-vêtement, le col fut considérablement agrandi et décoré de broderies et dentelles. C'est seulement plus tard que le col redevint plus petit, tel que nous le connaissons actuellement.

Après la première guerre mondiale, la chemise vécut une véritable transformation. C'est seulement à partir de cette période que la chemise moderne avec une rangée de boutons sur le devant devint populaire, même si la première chemise boutonnée était apparue dès 1871, modèle déposé par Brown, Davies & Co. 

En 1920, le faux col est remplacé par le col souple et les variétés des couleurs et des motifs donnent à la chemise toute son originalité.

En 1920, le faux col est remplacé par le col souple et les variétés des couleurs et des motifs donnent à la chemise toute son originalité.

Dans les années 30, les chemises à col fixe connurent une renaissance et restèrent ainsi depuis. Les chemises en nylon apparurent vingt ans plus tard, de même que les manches courtes, plus osées, qui devinrent très à la mode. Dans les années 60, la veste qui accompagnait les costumes disparut progressivement, entraînant l'apparition des chemises avec une poche sur la poitrine.

De nos jours, la chemise est un vêtement pour homme comme pour femme, même si elle reste plus courante chez les hommes. Les styles et les motifs de la chemise moderne sont infinis. Le col se décline sous différentes tailles et formes et est très sensible à la mode. Le tissu utilisé peut cependant être de textures et de qualités différentes.

Qu’elle soit à carreaux, à poids, à rayures, en jean ou bien en soie, la chemise est déclinée sous tous les angles et reste un incontournable de chaque garde de robe, elle peut s’accorder avec tout ou presque, le jean ou bien la jupe, tout dépend des circonstances.

L’une de nos spécialités chez Le Closet est inévitablement la Chemise

L’une de nos spécialités chez Le Closet est inévitablement la Chemise

La mini jupe a récemment fêté ses 50 ans mais malgré son jeune âge, elle a déjà su gravir les échelons et conquérir le cœur du plus grand nombre.

 

Les historiens de la mode qui s'y sont penchés n'ont pas réussi à dire qui d'une styliste londonienne ou d'un grand couturier français pouvait se targuer d'avoir fait remonter, le premier, un ourlet aussi haut sur les blanches cuisses des femmes.

La sulfureuse naît à une époque qui l'est tout autant. La guerre du Vietnam bât son plein, les Beatles et les Rolling Stones déchaînent les foules, les hommes vont dans l'espace, les femmes prennent la pilule. Au milieu de toutes ces révolutions, les adolescents de la génération baby boom cherchent à se démarquer des générations précédentes. Époque bénie pour la mode qui "s'émancipe et permet des audaces inédites" comme on peut le lire dans l'Histoire de la mode du XXe siècle aux éditions Taschen. "Les jeunes constatent alors que c'est en exhibant leur corps qu'ils se distinguent le plus radicalement de leurs aînés", explique encore l'ouvrage.

André Courrèges l'introduit sur les podiums dès 1966

André Courrèges l'introduit sur les podiums dès 1966

En une décennie, le vestiaire féminin va en être bouleversé. La même année que la minijupe, en 1964, un styliste américain fait tomber le haut en inventant le monokini. Quelques mois plus tard, le français Courrèges popularise le tailleur-pantalon pour femme suivi de près par Yves Saint-Laurent.Et c’est effectivement le couturier français, André Courrèges qui donne à la mini ses lettres de noblesse entre 1964 et 1965 sur les podiums de la haute couture. Si la minijupe de Mary Quant choque, celle de Courrèges est relativement mieux reçue, grâce au prestige de la haute couture. Ce qui n'empêchera pas certains couturiers comme Coco Chanel de fustiger cette création, accusée de montrer la partie la plus laide du corps humain, le genou.

Si auparavant les jeunes femmes cherchaient à ressembler à leurs aînées dans leur manière de s'habiller, elles acquièrent désormais une mode qui leur est propre. Jeune et mince, les canons de la beauté féminine évoluent. Aujourd'hui encore la minijupe est synonyme de jeunesse, de fraîcheur et d'une silhouette plutôt svelte. Elle a l’avantage de dévoiler une partie du corps et d’embellir la silhouette des femmes qui peuvent se le permettre. La mini jupe est également devenue en peu de temps un incontournable de la garde de robes des petites fashionistas. 

Chez Le Closet on adore les minis jupes

Chez Le Closet on adore les minis jupes